Dimanche 18 septembre  – Étape 132 de Ezine à Ayvacik – 30 kms
Dimanche 18 septembre – Étape 132 de Ezine à Ayvacik – 30 kms

Dimanche 18 septembre – Étape 132 de Ezine à Ayvacik – 30 kms

Comme nous avons encore une longue étape nous partirons plus tôt que la veille pour éviter d’arriver à destination aussi tard.

Aujourd’hui, peu de commentaires à faire, des paysages arides et caillouteux se succéderont et ce soir, nos pieds s’en souviennent.

C’est à Kizilkoy, après 6 kms, que nous prendrons notre désormais çay habituel.

Dans ces paysages de désolation, seules les chèvres y trouvent leur compte.

C’est après le village de Süleymankoy que commencera notre dénivelé de la journée mais il faut bien le reconnaître rien de bien terrible.

Avant d’arriver au village de Budaklar nous aurons mêmes quelques frayeurs face à un ciel de plus en plus menaçant et qui lâchera même quelques gouttes de pluie.

C’est dans ce village, ou plus exactement dans ce hameau, que nous chercherons en vain un petit bar ou un petit commerce. Nous n’y trouverons qu’une fontaine tout comme dans le petit hameau traversé hier.

Un gentil Monsieur nous proposera de nous installer à une petite table pour nous reposer. Sans rien comprendre, il reviendra 5 mn plus tard avec une bassine de figues et un sachet de raisins. Oh mon Dieu que tout ça est beau ! Mais si difficile à cause de la barrière de la langue. Comme d’habitude, c’est maladroitement que grâce à « google translate » nous remercierons ce Monsieur.

Avant même d’avoir fini de nous régaler avec ces fruits, cette même personne reviendra, cette fois ci avec un grand plateau composé d’une salade, de pommes de terre viande, de fromage et d’un n magnifique dessert, un miel en rayon avec son propolis, sans oublier le çay.

Que dire! Comment remercier ? Face à tant de générosité et d’hospitalité ! Les larmes nous viendront tellement tout cela nous touchera. Nous apprendrons par la suite que Lüftü, cette adorable personne, n’est autre que l’imam de la petite communauté.

Lüftü et ses 2 filles

Après tant d’émotions il nous faudra bien reprendre notre bâton de pélerin pour arriver à destination.

Le hameau de Budaklar qui s’éloigne

A l’entrée de la ville d’Ayvacik, la statue d’un berger et de son mouton nous rappelle, compte tenu de l’aridité du paysage, à quel point il est important de posséder quelques moutons et chèvres qui eux se contentent de si peu.

Ici cohabitent moutons, chèvres et voitures

A présent, il ne nous restent plus qu’à rejoindre notre hôtel, le « Aksam Sanat Okulu » un peu vieillot mais propre et d’un bon rapport qualité-prix.

Et c’est ainsi que se termine la journée

Ce soir encore, le patron nous offrira le dessert , un Sütlaç délicieux.

4 commentaires

  1. Marieté

    Et ne pas attendre d’être trop HS pour reprendre bus et stop.
    Oui les turcs ont cette excellente réputation d’être hospitaliers.
    Gavez vous de ces bons desserts sucrés et dégoulinant de miel…Miam

    1. Oh oui Christian tout ce que tu dis est tellement juste. Il y a encore quelques semaines, quand on nous proposait, on hésitait à accepter mais maintenant on accepte quasiment tout car on se rencontre à quel point les gens sont heureux de donner. Pour nos longues journées oui il va falloir qu’on ralentisse car la petite sœur a des douleurs au pied droit.
      Bisous de nous 2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *